RECUEILLEMENT POUR LES COMBATTANTS D’AFFRIQUE DU NORD

Le 5 décembre de chaque année, journée nationale de célébration de la fin des combats en Afrique du Nord, appelée communément guerre d’Algérie, un recueillement a lieu sur les tombes de soldats morts au combat.

L’an dernier la manifestation avait lieu au cimetière d’Auzouville sur Sâane et l’an prochain ce sera à celui de Gonnetot.

Cette année c’est à Pierreville hameau particulièrement touché comme l’a rappelé Etienne DELARUE Maire de Bacqueville dans son intervention puisque sur huit tués dans le canton trois étaient Pierrevillais. Il s’agit de Maurice BOURY, Michel GOMEL et Michel PHOLOPPE.

Après une minute de silence, un dépôt de gerbe sur la tombe des défunts et l’entonnement de la Marseillaise, l’ensemble des participants s’est rendue à la salle de réunion de Pierreville.

Le président Cantonal des ACPG CATM (Anciens Combattants Pensionnes de Guerre, Combattants d’Algérie, Tunisie et Maroc) Philippe MAERTEN a rappelé que militaires de carrière, appelés du contingent, membres des forces supplétives et forces de l’ordre ont accompli leur devoir avec courage et abnégation et qu’ils furent 25000 à tomber au champ d’honneur.

Il a remercié Yves LECLERC Président Bacquevillais des ACPG et CATM pour l’organisation pratique de cette réunion, Martial HAUGUEL vice-président du Département, Etienne DELARUE maire de Bacqueville, les présidents et porte drapeau communaux de leur présence.

Daniel CADOT président de l’UNCAFN (Union Nationale des Combattants d’Afrique du Nord) rappelé  que la guerre c’est l’horreur d’un côté comme de l’autre et que la présence de l’assistance aujourd’hui est une marque de respect envers les disparus.

Martial HAUGUEL a noté l’importance du maintien de ces moments de mémoire et de recueillement.

Etienne DELARUE a souligné le soulagement des soldats lors de leur retour à la fin de cette guerre, mais regrette que ceux qui ont combattu à leurs côtés, les harkis, aient été laissés pour compte pour être massacrés sur place ou parqués dans des camps en France.

Un vin d’honneur a permis à chacun de se séparer dans une bonne ambiance, avant de se retrouver pour la journée des déportés le dernier week-end d’avril à Belmesnil.

Share Button

Laisser un commentaire