Histoire de Bacqueville

Les Grandes Dates de BACQUEVILLE EN CAUX

Histoire & Patrimoine

 

 

1055 environ : au milieu du XIe siècle, nous trouvons une origine latine: BASCAVILLA. Nicolas de Basqueville ou Baskeville fut le premier seigneur et fondateur de la lignée des MARTEL.  Ce surnom provient de la violence des coups qu’il portait. Il vécut surtout à la cour de Guillaume, le futur onquérant et prit part à la bataille d’Hastings en 1066. Il fut inhumé en Angleterre.

1085 : Son fils Geoffroy MARTEL, premier du nom, vécut surtout en Angleterre.

1128 : Guillaume 1er fit venir des moines cisterciens de l’abbaye du Pin (diocèse de Poitiers)  pour fonder le prieuré de Basqueville (lieu-dit le varvot) et furent remplacés par les moines bénédictins de Tyron (diocèse de Chartres). Deux documents de 1130 et 1133 scellés en cire, empreint de trois marteaux en écusson, en attestent.

1188 : Guillaume II MARTEL fut capitaine d’Arques et bailli de Caux. Ses biens anglais sont confisqués.

1204 : La Normandie est rattachée au royaume de France.

1303 : Guillaume III est le premier des MARTEL à être inhumé au prieuré « Notre Dame de Basqueville »

1346 : Guillaume VI MARTEL, compagnon de DUGUESLIN, partit pour la croisade de 1366.

1395 : Mort de Guillaume VII MARTEL, le dernier de la branche aînée de la famille des MARTEL.

1396 : Commence la nouvelle lignée des MARTEL de « Saint Vigor »

1415 : Le 25 octobre, Guillaume VIII MARTEL, garde de l’Oriflamme, meurt à la bataille d’Azincourt et ensuite, la Normandie redevient anglaise jusqu’en 1450.

1418: Les bourguigons, alliés des anglais, assiègent le château médiéval de Basqueville la Martel.

1419 : Occupation anglaise et abandon du prieuré par les moines bénédictins.

1464 : LOUIS XI rend visite à son vassal Jehan I MARTEL de Basqueville.

1472 : Charles le Téméraire pilla et dévasta avec ses hordes de bourguigons, les villages du bailliage de Caux dont Basqueville fut victime. La désolation de la contrée amena des loups.

1480 : Début de l’édification de l’église Saint-Pierre sur les fondations de l’ancien sanctuaire roman (12e S.)

1492 : François 1er MARTEL, devenu fou, commença à dilapider ses biens, son frère Antoine I MARTEL continua à ruiner la famille.

1531 : Le 21 janvier, le roi de France FRANCOIS 1er est reçu dans le manoir de Charles 1er MARTEL, premier capitaine de la légion de Normandie (6000 hommes).

1550 : Le 11 octobre, HENRI II (roi de France) passe la nuit chez Charles 1er MARTEL. Ce dernier avec deux de ses fils abjurèrent la foi catholique le 1er mai 1559.

1563 : Le 4 août, CHARLES IX (roi de France) et Catherine de Médicis (sa mère), se sont arrêtés à Basqueville la Martel.

1589 : Le 25 août, Henri de Navarre (futur HENRI IV), passa la nuit chez Charles II MARTEL, ce dernier trépassa à la bataille d’Arques le 21 septembre. Le 6 octobre, le village est pillé par les royalistes.

1590 : Charles III MARTEL, cousin germain du précédent, atteint d’une maladie mentale, mourut en 1635 criblé de dettes.

1616 : Fin de la construction de l’église Saint-Pierre.

1617 : Le 27 novembre, LOUIS XIII (roi de France), déjeuna à Tôtes et passa la nuit à Basqueville.

1639 : Henri 1er MARTEL de Rames, dernier des MARTEL et le premier marquis de Basqueville la Martel meurt ruiné.

1672 : Charles- Etienne du Fay, son neveu lui succéda, suivi de Jean-Claude Auboux de Steveny qui vendit ses biens  en 1694 à Jean-Baptiste de Boyvin (paie pour obtenir la propriété du droit de place foire et marché toujours le mercredi, remontant au 12e siècle).

1719 : Le 8 juin, destruction du village par un incendie trois jours durant.

1720 : Construction de halles et de hallettes par Jean-François de Boyvin.

1756 : Déplacement de la croix Saint Léonard.

1757 : Premier calvaire de la place.

1759 : Reconstruction de l’école des garçons rue de Verdun datant de 1712, détruit lors de l’incendie (1719).

1763: Reconstruction de l’école des filles devant l’église attestée en 1714.

1767 : Construction du nouveau château, il remplace la forteresse médiévale.

1780 : Le prieuré est détruit et les ossements des MARTEL transférés à la chapelle Saint Léonard du château

1790 : Necker, ministre de LOUIS XVI, envoya 150 dragons pour protéger la halle ou transitait le blé.

1792: Les orgues de Saint Denis de Rouen sont transférées dans l’église Saint-Pierre.

1794 : Le 4 mars, fermeture au culte des églises Saint-Pierre et Saint-Eutrope.

1801: Le 19 décembre, promulgation d’un décret du Premier Consul « Napoléon Bonaparte » autorisant la tenue de quatre foires annuelles et contribua au rayonnement de la commune.

1816 : Ouverture d’un bureau de poste.

1819 : Les droits de place des foires et marchés, mis en adjudication par la municipalité, rapportaient à l’époque 8500 francs à la commune sur 13000 francs de budget.

1826 :Premier réseau d’éclairage public et création d’une maison d’éducation pour jeunes filles qui devint en 1850 l’école Saint -Léonard.

1834 : Début des travaux abritant les services municipaux (Mairie).cet ensemble comprenant un pavillon central qui, au r.d.c. servait de halles couvertes,  et deux pavillons latéraux de plus petites tailles.

Deux autres constructions situées au bout de la place servaient de halle au beurre et à la boucherie. Les   anciennes halles et hallettes furent détruites pour vétusté.

1837 : Achèvement des travaux des bâtiments communaux. Plusieurs malfaçons de l’entreprise Dancel reporta la réception définitive des travaux en 1853.

1844 : Au printemps un relais de poste s’implanta sur la place : l’Hôtel de l’Aigle d’Or.

1867 : Construction de l’église à Pierreville qui s’acheva en 1871. Elle fut consacrée le 3mai 1877.

1870: Le 8 décembre, occupation Prussienne jusqu’au 17 mars 1871.

1872: Fondation de l’hôpital Albert Jean.

1880 : Bénédictions des trois cloches de l’église Saint-Pierre pesant : 1524, 723 et 1100 kilos.

1882 : Construction de l’école de Pierreville achevée en 1885.

1891 : Naissance de la société des courses hippiques, une des plus anciennes de France.

1913 : Le 30 avril, inauguration de la ligne du tortillard à vapeur « Gueures-Clères » dont la gare était en bas du  village. 1 heure 30 de trajet pour 34 kms, peu rentable, la ligne fut suspendus en 1937 vers Clères et en 1947 vers Gueures.

1920 : Le 24 décembre, un décret de la présidence de la république promulgue le nom de Bacqueville en Caux.

1921 : Création d’une salle de cinéma par Mr Henri Coudré et six ans plus tard, le côté gauche de la Mairie se transforma en salle des fêtes pour tous types de représentations.

1922 : Le 5 juin, inauguration du monument aux morts par Henri CHÉRON ministre de l’agriculture.

1935 : Edification du château d’eau.

1936 : Du 1er au 5 juillet, l’abbé Joseph Demeilliers organisa un congrès eucharistique ou fut dressé sur la place Jules Morel un gigantesque reposoir. 12000 personnes participèrent aux processions.

1937 : Réédification de la croix Mangea-là à l’initiative de l’abbé Demeilliers.

1940 : Le 7 juin vers 19 heures, ce fut le drame. Une centaine de bombes allemandes se déversèrent sur le village, une quarantaine de maisons furent endommagées, le monument aux morts endommagé, l’église Saint-Pierre éventrée et neuf victimes dont cinq bacquevillais périrent.

1944 : – Le 17 juillet, destruction par un raid aérien des deux rampes V1 au Mont-Candon.

– Le 1er septembre vers 9 heures, libération de la commune par les canadiens du 8e régiment des fusiliers de Mont royal qui arrivèrent par la route de Saint-Mards.

1949 : Inauguration du monument aux morts rénové suite au bombardement du 7 juin 1940.

1958 : L’hôpital Albert Jean se transforme en institut médico-pédagogique.

1972 : Un nouveau bureau de poste construit à l’emplacement du pavillon de la halle au beurre.

1976 : Destruction du pavillon de la halle à la boucherie pour élargir la route de Pierreville.

1978 : Création d’une zone d’activités.

1981 : En février, fermeture du Grand Hôtel de l’Aigle d’Or.

1983 : Construction d’une nouvelle gendarmerie.

1986 : Rénovation de la place du Général de Gaulle et réaménagement de la Mairie.

1989 : Inauguration à la fin des travaux par Jean Lecanuet (maire de Rouen).

1993 : Construction d’une station de monte des Haras Nationaux.

1999 : Création de la bibliothèque municipale.

2010 : Implantation du foyer de vie d’EPIFAJ.

2014 : Début des travaux pour la construction d’une nouvelle station d’épuration.

 

 

 

Share Button